Protection du gibier de la FCB

La commission de protection du gibier de la FCB des activités de conservation de l’association. La commission de protection du gibier a pour mission de fixer les priorités, de former les présidents conservatoires des associations, de coordonner et d’assurer le financement des activités de conservation.

Président

Johannes von Grünigen

Alte Strasse 57
3792 Saanen
Tél. M : +41 79 356 14 45
eMail : johannes.vongruenigen@mobi.ch

Secrétaire / Caissier

Karlen Hansruedi
Dorf 193
3766 Boltigen
Tél P : +41 33 773 69 77
Tél. M : +41 76 349 78 37
eMail : hansruedi.karlen@bluewin.ch

Coordinateur Oberland

Nydegger Reto
Weissenaustrasse 61
3800 Unterseen
Tel M : +41
79 478 90 48
eMail : pnyr@bluewin.ch

Coordinateur Mittelland

Linder Christoph
Hub 429
3413 Kaltackere
Tél. M : +41 79 606 78 21
eMail :
linder-ch@bluewin.ch

Coordinateur Jura

Gerber James
Derrière les Maisons 12
2716 Sornetan
Tel P : +41
32 484 99 04
Tél G : +41 32 492 11 40
Tél. M : +41 79 450 50 52
eMail : gerberjames@bluewin.ch

Chef du Journées de formation

Thomas Stauffenegger
Schwanden 49
3054 Schüpfen
Tél. M : +41 79 218 49 49
eMail : stauffenegger@aare.ch

Chef de la prévention des accidents et des dommages causés par le gibier

Ammon Daniel
Rumendingenstrasse 27
3423 Ersigen
Tél. M : +41 79 419 61 49
eMail : dan.ammon@cmintegra.ch

Nachrichten aus der Hegekommission

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

prochaines dates

Concept de Protection du gibier de la FCB

Malgré de gros efforts de conservation, les habitats de nos animaux sauvages se dégradent constamment et de plus en plus. Avec l’intensification croissante, la production primaire sort de plus en plus du cadre des processus naturels. Les espaces dans lesquels la nature peut s’épanouir sont devenus rares. Malheureusement, il faut en outre constater une aliénation de plus en plus forte de la nature par une partie de la population.

Nouveau Poids lourds

Le concept de gestion ne peut pas proposer de nouvelles mesures de gestion ; en revanche, il fixe de nouvelles priorités :

  • Gestion des biotopes
  • Participation au sein de la communauté, d’associations et d’organisations
  • L’information du public sur les prestations d’entretien de la chasse

Intentions

1. le concept de gestion entend maintenir l’activité pratique de gestion au sens traditionnel, mais en déplaçant clairement l’accent vers la gestion des biotopes.

Il ne s’agit plus de promouvoir certaines espèces animales chassables. Il convient de protéger et d’améliorer les habitats de l’ensemble de la flore et de la faune. Il s’agit notamment de la création et de l’entretien de haies et de bosquets, de biotopes humides, de prairies naturelles, de lisières de forêt étagées, etc.
Les activités telles que le nourrissage du gibier, la prévention des accidents le long des routes, la prévention des dégâts causés par le gibier et d’autres mesures imposées par la civilisation moderne restent
nécessaire. Mais à l’avenir, il s’agira de s’interroger davantage sur les causes et de chercher des solutions qui remplacent la lutte contre les symptômes.

2. le concept de gestion vise à motiver les chasseurs et les chasseuses à participer aux activités des communes, des associations et des organisations. La protection de la nature et de l’environnement sont des préoccupations non partisanes, qui sont également dans l’intérêt de la chasse.

Dans le cadre de la planification locale et régionale, des améliorations foncières et des projets d’herbage, les chasseurs doivent faire valoir leur point de vue, comme le font également les associations de protection de la nature. et les organisations de protection de l’environnement. La création d’espaces naturels dans le sens d’une La compensation écologique des interventions techniques doit être exigée et imposée par voie de procédure. La gestion pratique aide ensuite à la réalisation de projets.
La collaboration avec les offices, les écoles spécialisées, les organisations et les associations d’aménagement du territoire, d’agriculture et de sylviculture, de protection de la nature et de l’environnement, etc. doit continuer à être encouragée.

3. le concept de conservation veut promouvoir le travail de relations publiques sur les activités de conservation, les explications sur la chasse et la conservation ne suffisent plus aujourd’hui. En dehors de cela, la population doit retrouver la compréhension de la nature qu’elle a perdue, afin que la chasse elle-même soit à nouveau mieux acceptée.
Il convient donc d’encourager les mesures de toutes sortes visant à préserver et à restaurer les habitats et la biodiversité. Dans la mesure du possible, les chasseurs et chasseuses doivent siéger davantage dans des organisations qui transmettent ce type de connaissances et y apporter leurs connaissances et leur expérience.

Une participation accrue des chasseurs dans les communes, les associations et les organisations, ainsi qu’un travail de relations publiques renforcé et axé sur la conservation peuvent être mis en place immédiatement. L’entretien des biotopes nécessite des connaissances et des moyens financiers.
La commission cantonale de la chasse organise des cours lors des journées cantonales de la chasse. Dans les régions de l’association, il convient de collaborer avec des spécialistes capables d’encadrer les travaux d’entretien des biotopes.

Aucun changement n’est prévu dans l’organisation actuelle de la chasse.
La participation des chasseurs dans les communes, les associations et les organisations doit être soutenue et encouragée par les sections. Dans certaines circonstances, des membres appropriés de l’association peuvent être chargés.
Tous les chasseurs doivent participer aux activités de relations publiques en fonction de leurs goûts, intérêts, capacités et possibilités.

Réalisation

Une participation accrue des chasseurs dans les communes, les associations et les organisations, ainsi qu’un travail de relations publiques renforcé et axé sur la conservation peuvent être mis en place immédiatement. L’entretien des biotopes nécessite des connaissances et des moyens financiers.
La commission cantonale de la chasse organise des cours lors des journées cantonales de la chasse. Dans les régions de l’association, il convient de collaborer avec des spécialistes capables d’encadrer les travaux d’entretien des biotopes.

Financement

Le financement est réglé dans l’ordonnance sur la chasse, art. 26.